Quel est le coût des inondations de janvier 2018 ?

22/02/2018

 

Suite aux crues de fin janvier 2018, ayant touchées de nombreuses communes françaises, une procédure accélérée a été initiée par le ministère de l’intérieur et de l’économie. C’est le 14 février 2018 que la reconnaissance de catastrophe naturelle fût proclamée.

inondation janvier 2018

 

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet aux victimes qui ont souscrit à un contrat d’assurance de dommages (multirisques habitation, automobile…) de percevoir des indemnisations pour les dégâts matériels causés par les inondations.

 

Quelles sont les conséquences des inondations ?

Les pluies exceptionnelles de fin janvier ont provoqué les crues de nombreux cours d’eau sur le sol français, notamment l’Yonne, la Marne, la Seine ainsi que le Rhône et la Saône.

Ces intempéries historiques ont causé de lourds dommages aux victimes : logements inondés, meubles détériorés, véhicules abîmés. Les sinistrés attendaient alors la déclaration de catastrophe naturelle pour bénéficier de la garantie couvrant les frais de nettoyage, de pompage, et une indemnisation correspondant à la valeur des pertes.

Les conditions de vie des victimes des inondations étant difficiles, le ministre de l’économie a demandé aux assureurs de procéder aux indemnisations des sinistrés dans les délais les plus courts possible, et de faire preuve de compréhension sur les délais de déclarations et des preuves à apporter.

À l’issu d’un entretien avec les assureurs le 30 janvier 2018, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a déclaré « La crue n’a pas de conséquences de la même ampleur que celle de 2016 sur le nombre de personnes touchées, le nombre de dossiers concernés, et sans doute sur les dégâts à terme sur le montant des dégâts ».

Ainsi, une dizaine de milliers de dossiers auraient été déposés par les sinistrés auprès de leurs assureurs. Lors des crues de 2016, 196 000 dossiers avaient été comptabilisés.

À ce jour, 275 communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, quelques 156 autres communes sont dans l’attente d’une expertise complémentaire prévue le 6 mars 2018.

 

A SAVOIR : Le coût final s’élèverait entre 150 et 200 M€, pour 25 000 à 30 000 dossiers, selon la Fédération Française de l’Assurance.

 

Mobilisation des assureurs face à l’ampleur de la situation

Les assureurs se mobilisent pour recueillir les déclarations des victimes par tous les moyens. La décrue actuelle permet aux assureurs d’entamer les processus d’indemnisation, dont le ministre de l’économie avait demandé l’accélération.

Les experts commencent à évaluer les dégâts des eaux, et de nombreux dossiers sont traités à distance, en se basant sur des photos et vidéos envoyés par les sinistrés, pour accélérer les avances et indemnisations.

Des agents se tiennent également à disposition des mairies et préfectures pour la mise en place de cellules de crises.